LETTRES PERSANES
Accueil du site > Evènements > Programme février-juin 2017 AST / Lettres Persanes

Evènements

Programme février-juin 2017 AST / Lettres Persanes

Chantier des cultures alternatives

mardi 7 février 2017, par Collectif LP


ART STUDIO THEATRE

Chantier des Cultures Alternatives

La saison des femmes autrices

Programme février-juin 2017

Art Studio Théâtre :

299 rue de Belleville 75019 Paris

Entrée par 120 bis rue Haxo

M° Télégraphe ou Porte des Lilas

Informations et réservations :

01 42 45 73 25 mediation@artstudiotheatre.org


Samedi 25 février à 16h

La biographie littéraire de

Forough Farrokhzad

par Farzaneh Milani

Écrit en persan, ce livre dont nous vous présenterons de larges extraits pour un débat autour des questions essentielles de la vie et de l’œuvre de Farrokhzad est le résultat de quarante ans de recherches de Farzaneh Milani, chercheuse, spécialiste de la littérature iranienne et professeur des études sur les femmes aux Etats-Unis. C’est un ouvrage de recherche, d’une expression littéraire, enrichie d’une multitude de références et de citations tirées de la poésie classique et moderne iranienne. Les interviews de l’auteure avec les proches et les ami(e)s du poète et un nombre de lettres inédites éclairent plusieurs points obscurs de la personnalité exceptionnelle de Forough.


Samedi 11 mars à 16h

Tâhereh lève le voile

Vie et œuvre de Tâhereh, la pure (1817-1852), poétesse, pionnière du mouvement féministe en Iran du XIXe siècle.

Rencontre et dialogue avec

Foad Saberan

Psychiatre et chercheur

Sur le rôle de Tâhereh dans le mouvement de réforme de société en Iran.

« Cela fait plus d’un siècle et demi que le clergé chiite iranien tente de reléguer Tâhereh, la poétesse mystique et "hérétique", en ce lieu d’oubli où l’on voudrait enfermer les femmes libres qui révolutionnent leur siècle. Tâhereh refusait d’être enfermée ; elle rejetait les modèles établis, même s’ils étaient sacrés ; elle exprima à plusieurs reprises ses oppositions - familiales, politiques, religieuses - malgré les difficultés, y compris calomnies, humiliations, abandons et incarcérations. »

Lectures en persan et en français


Samedi 15 avril à 16h

Rencontre et dialogue avec

Najmeh Mousavi-Peiambari

Essayiste, traductrice et romancière

از سکوت تا غوغا- نگاهی

دیگر به سکسوالیته زن ایرانی

Du silence à la controverse :

un autre regard sur la sexualité des femmes iraniennes

Hoda Sajjadi

Traductrice et nouvelliste

A l’occasion de la parution de ses nouvelles en persan :

شاید عشق

L’amour, peut-être !


Samedi 22 avril à 16h

Rencontre et dialogue avec

Hamideh Lotfinia

Docteur en littérature comparée Attachée d’Enseignement et de recherche- Université de Strasbourg

Forough Farrokhzad

et la poésie française du XIXe siècle

« Mon étude part du fait que les poètes contemporains iraniens ont été des lecteurs attentifs de la poésie française des XIXe et XXe siècles qui a joué un rôle décisif dans leur ouverture à la modernité. C’est par l’entremise d’une lecture de la poésie Farrokhzad que je me propose d’analyser ces rapports catalysés ici par la métaphore. Cette figure de style, très ancienne et dominante dans la poésie iranienne, définit ainsi une présentation renouvelée des images chez cette poétesse précurseur. Ma recherche évoque aussi, autour de Forough Farrokhzad, la poésie féminine dans la littérature iranienne, dans ses créations anciennes et contemporaines. »


Samedi 6 mai à 16h

Rencontre et dialogue avec

Leyla Fouladvind

Titulaire d’un doctorat de l’EHESS, a suivi une formation pluridisciplinaire axée sur les études de genre et l’image de la femme dans la poésie et la littérature contemporaines d’Iran.

LES MOTS ET LES ENJEUX

Le défi des romancières iraniennes

Cet ouvrage est consacré à la représentation de la femme iranienne dans l’espace public postrévolutionnaire (1990-2005) à travers les œuvres de huit romancières iraniennes.

Carole Mann

Femmes afghanes en guerre

Carol Mann a travaillé pendant une vingtaine d’années sur les questions liées au genre et aux guerres contemporaines.


Samedi 27 mai à 16h

Mahvash Sabet

POÈMES DE PRISON

« C’est sur du papier hygiénique, des serviettes en papier qu’elle écrit ses poèmes, incarcérée dans les plus dures prisons d’Iran. Son seul crime est d’avoir une foi qui prône l’égalité des droits des femmes et des hommes, le droit à l’éducation, à l’accord entre la science et la religion, à la recherche indépendante de la vérité. Elle fut arrêtée en 2008, et finalement accusée et condamnée en 2010, avec six compagnons, à vingt ans d’emprisonnement pour seul motif d’être baha’ie. Adaptés du persan par Bahiyyih Nakhjavani et traduits de l’anglais par Mary et François Petit avec l’aide de Martine Caillard, ces poèmes témoignent du courage et du désespoir, de la misère et des espoirs de milliers d’Iraniens luttant pour survivre aux conditions d’extrême oppression. »


Mahtab Ghorbani

Elle a étudié la littérature en Iran, a milité dans la campagne d’un million signatures pour l’égalité femmes-hommes, a écrit deux volumes de poésie, mais jamais autorisée à publier. Sa poésie, contestataire, audacieuse et sincère, représente un nouveau souffle, mais toujours dans la lignée de Farrokhzad et Behbahani.


Samedi 3 juin à 16h

Rencontre et dialogue avec

Pirouz Èftékhâri

Poète et peintre

Poètes persans

Désir et civilité

Aux Éditions L’Harmattan

« Cette étude est une lettre ouverte à un chercheur iranien et tente de saisir la logique du désir chez les poètes persans, promoteurs de la civilité dans une culture qui, depuis l’islam, a connu les destructions et les atrocités des divers envahisseurs turco-mongols. De longs siècles furent ainsi vécus comme apocalyptiques, dans le rejet du pouvoir/religieux et l’aspiration à une déité qui assurât la cohésion sociale. Dans un contexte de dogmatisme institutionnel pesant et alors que la menace de l’hérésie pesait sur les poètes, ils soufflèrent, frondeurs, un soupir sacré sur leur poésie. Temps/désir/imaginaire, remède de la tristesse… »

Ce sont surtout les ballades de Hâfèze, l’un des plus grands poètes du monde, qui sont analysées ici. C’est un dissident dont la tentative esthétique a été de rénover le désir/sacré dans la civilité, une civilité à partir de laquelle la société iranienne d’aujourd’hui résiste pour construire la liberté dans un monde possible. »


Samedi 24 juin à 16h

En souvenir de

Ghazaleh Alizadeh

Romancière 1947-1996

En présence de

Salmi Elahi

Ghazâleh Alizâdeh appartient à la deuxième génération des écrivaines iraniennes qui commencèrent leurs carrière littéraire dans les années ’70 et qui construisirent leur propre langage, développèrent leur vision du monde et jouèrent un rôle important dans la formation des courants dominants de la littérature des femmes iraniennes d’aujourd’hui. Ses recueils de nouvelles et son roman La Maison des Edrissi appréciés par la critique et récompensés l’ont confirmée comme l’une des romancières les plus importantes de la littérature moderne iranienne.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette